Toolbar
  • Thèmes

Loin  de la photographie de studio, place aux rêves les plus fous...

Ce type de shooting photo nécessite une préparation, et de fait une attente qui peut se révéler longue, tant d'éléments entrent en ligne de compte.

Et déjà se procurer les accessoires devant illustrer le propos est parfois un véritable parcours du combattant.
Remarquez au passage le choix de l'expression ;-)

Tout comme je suis constamment en recherche de modèles pour mes projets photographiques personnels, je suis aussi en perpétuelle recherche d'accessoires qui pourraient concourir à la crédibilité des mises en scène qui peuplent mon imagination. Et cela m'a valu ma première visite d'une boutique de seconde main. Alors depuis je fouine et je chine. Tantôt j'achète un chapeau à voilette ou un fume cigarette, tout en réfléchissant à savoir comment disposer d'un avion biplan! Tantôt j'emprunte une parfaite reproduction d'une arme de guerre... C'est dire la diversité des besoins pour plaider la cause, servir le projet photo. Pourquoi faire compliqué quant on peut faire simple ? Une question de défi, peut-être.

On ne doit pas forcément faire des photographies toujours douces, poétiques ou romantiques.

Cette photographie est extraite d'une série réalisée sur base d'une idée qui revient au modèle et que j'ai baptisée "AmaZone Interdite".

La photographie de studio offre autant d'avantages qu'elle n'impose de contraintes. A la relative exiguïté des lieux et à la présence d'un matériel d'éclairage relativement imposant, en contraintes, s'offre par contre la possibilité de modeler la lumière et de construire l'ambiance, en grand avantage. Au rayon des avantages, aussi la possibilité de changer de fond sans devoir se déplacer: tantôt blanc éclatant tantôt noir profond, sans compter la multitude des gris intermédiaires que l'on peut y créer. On peut aussi utiliser des fonds de couleur, ou les créer artificiellement en habillant une tête de flash d'un filtre coloré. Des images de fonds pourront être intégrées en postproduction afin de créer une ambiance particulière, comme pour les deux photographies qui suivent.

Le matériel photographique de studio constitue autant d'éléments au beau milieu desquels le modèle aura à devoir évoluer sans gêne, comme si cet environnement lui était familier. Et si c'est le cas pour le modèle professionnel il en est tout autre pour le modèle occasionnel ou débutant, qu'il faudra affranchir pour qu'il arrive à s'y trouver détendu. Aussi je prends largement le temps de familiariser la personne avec le côté technique, lui expliquant en grandes lignes le pourquoi du positionnement de l'éclairage choisi pour le début du shooting et la fonction des modeleurs de lumière.

Shooting studio - Ambiance bleue

Agrandir l'image

Je réalise toujours la balance des éclairage en présence de mon modèle et avec sa participation. Il est ainsi immédiatement impliqué. Une première étape de vulgarisation, ayant pour but de mettre à l'aise le modèle par rapport aux aspects techniques. Il s'habitue aussi de la sorte très rapidement au "bruit" produit par la décharge des flashes, par les éventuels "bips" de signalisation de "flash prêt", et à l'intensité des éclairs.  

 

Photo de studio - Arme au poing

Agrandir l'image

Commence ensuite la phase détente du modèle, qui peut être rapide ou lente selon les personnes. Les traits crispés des premières minutes se relâcheront progressivement et feront place à un visage apaisé, serein et confiant au fur et à mesure des premiers déclenchements de l'appareil photographique, que j'aurai pris soin de configurer pendant que mon modèle procèdera aux premières retouches de maquillage dans la salle de bains jouxtant le studio, faisant aussi office de vestiaire.

Et puis la construction des images commence, les poses se succèdent et la magie de la photographie opère...

 

 

Le "Livestyle" se situe à l'opposée de ce qu'on réalise généralement en studio: on cherche ici à mettre en avant la spontanéité, à obtenir une ambiance naturelle.

La photographie "Lifestyle" n'est pour moi cependant pas du reportage, car elle intègre une part de direction du/des modèle(s) et une notion de construction.

Galerie285

Agrandir l'image

Le décor pourra être soit bucolique, comme celui d'un jardin, d'un parc, d'un sentier de campagne ou encore d'une plage, soit urbain comme celui d'une rue, d'une avenue. Et pourquoi pas celui d'un plein centre urbain et commercial ? L'idée étant de placer le modèle dans un environnement qui lui est soit familier et rassurant, soit totalement inconnu voire hostile !

La photo "Lifestyle" peut aussi livrer un peu - ou beaucoup - de la personnalité du modèle s'il le souhaite. Toujours "Lifestyle" mais plus intimiste, on pourra aussi utiliser comme décor le cadre de vie du modèle. Sa maison, son appartement, son salon, sa cuisine, son bureau, sa chambre,... constitueront autant de possibilités de mettre en évidence son mode de vie.

Le domaine est vaste.

Il peut aussi être question de totale mise en scène photographique, de projet très construit. Pour mettre l'accent sur une ambiance particulière, faire passer une idée ou transmettre un message... romantique ou rock’n roll !

Classique ou décalé, le "terrain de jeu" n'a de limite que celle de l'imagination.

S'il peut ne concerner qu'une seule personne, ce style convient aussi particulièrement bien à la mise en scène simultanée de plusieurs personnes: un couple, les membres d'une famille ou un groupe d'amis.

La photo de charme: un style très intimiste, qui exige qu'une complicité se soit installée entre le modèle et le photographe afin que le naturel se dégage. Et cela peut prendre du temps comme cela peut être immédiat, spontané. Une question de "feeling" et de confiance, réciproques il se doit. Pour le modèle amateur/occasionnel, souvent aussi un défi qu'il s'est lancé à lui-même. Et comme pour bien des motivations non immédiatement avouées, j'y ressent fréquemment une forme de thérapie relative à l' "Image du Soi" de mon modèle. Une enrichissante expérience photographique et humaine en tous cas. 

Galerie150

Agrandir l'image

Tout comme le nu, ces images sont parfois une forme d'aboutissement de la collaboration de plusieurs mois, voire années, entre le photographe et son modèle. Un aboutissement dans la confiance mais ni une fin, ni une fin en soi. Peut-être une étape dans le développement personnel du modèle, particulièrement s'il est amateur.

Alors, spontanée et immédiate ou bien construite sur une longue connaissance de l'autre, je trouve en ces instants photographiques une forme de plénitude de mon modèle qu'il me plait de mettre en avant.

Moments magiques dans lesquels vous resplendissez, à la fois timide et fière de votre beauté.

Et j'oserai prudemment répéter le principe parce que certains de mes modèles, que je ne trahis pas ici, m'en ont fait l'aveu. La photographie en lingerie, le boudoir, le charme et le nu seraient effectivement pour certaines une forme de thérapie vers la confiance en soi.

 

Nu, lingerie, charme, la nudité tout en nu...ances

La photo de nu c’est mettre en valeur un corps en l’habillant seulement de lumière.

Ce style peut dès lors être très brut, absent de décor, abstrait et/ou non figuratif, minimaliste. On parle généralement de nu artistique ou académique. Il s'agit plus de représenter le corps que sa beauté. La photo de nu se pratique partout: souvent en studio, et en extérieur dans des milieux remarquables pour leur harmonie avec le corps, ou bien à contrario totalement en décalage.

 

La photo de lingerie féminine c’est mettre en valeur un corps en l’habillant des sous-vêtements de la femme ou de ses vêtements de nuit.

Dans un pur souci d'esthétique on optera pour une lingerie dite fine (tissus fins, brodés, garnis de dentelle,...) propre à amplifier la beauté et/ou souligner la subtilité des courbes du corps.
Les attitudes seront simples, sans équivoque. On est complètement dans un des créneaux de la photo de mode, dont le but est de promouvoir le produit (la lingerie dans ce cas) plus que le modèle (le faire-valoir). La photographie de lingerie se pratique souvent en studio, plus rarement en extérieurs.

 

La photo de charme est une variante sophistiquée de la photo de lingerie combinée au nu et au portrait glamour.

Lingerie

Agrandir l'image

 

 

Il s'agit ici de faire ressortir le côté sensuel de l’image du corps. Au féminin, la lingerie fine jouera ce rôle qui consiste à cacher ce que l'on montre et montrer ce que l'on cache. Jouer de l'alternance et du choix des parties du corps vues et de celles couvertes, cachées ou juste voilées. Il est question de dosage entre suggestion et représentation.

Les attitudes et les expressions auront une importance capitale, pouvant déplacer la représentation de la sensualité vers l'érotisme. Une bonne communication préalable prend ici toute son importance: modèle et photographe doivent savoir ce qui devra..., ce qui pourra..., et ce qui ne sera pas. Une fois ces intentions et limites coordonnées entre le photographe et son modèle, place à la création.

On pourra recourir à une mise en scène, simple ou complexe, soutenue par des accessoires qui pourront crédibiliser et/ou affiner la scène.

 

Le lieu de prise de vue contribuera à l'installation de l'ambiance.

La photographie de charme se réalise généralement à l'hôtel (*) - on parle aussi de photographie de boudoir - dont les chambres et suites offrent de multiples possibilités de décors et d'ambiances. Si le décor et l'espace s'y prêtent cela peut aussi être réalisé à domicile, ou encore chez des amis (de confiance) dont le style de décoration de l'appartement ou de la maison serait particulièrement adéquat.

Les extérieurs sont une alternative si on souhaite établir un lien ou une symbiose avec la beauté de la nature, ou encore apporter une certaine originalité. Pour des raisons de discrétion, de confort de travail, de météo et de légalité, le choix des endroits de prise de vues est plus complexe.

 La photographie de charme est un style réputé difficile car le photographe doit être très à l'écoute, délicat et discret, en plus de posséder un niveau technique avéré et d'être artistiquement féru de l'instant décisif et/ou de la mise en scène.

Le recours à une maquilleuse participe à la réussite, et la coiffure devra être adaptée.

 

(*) Un "Day-Use", une location de quelques heures en journée, peut souvent être négocié avec les hôtels. Mais attention, préciser qu'il s'agira d'un photo-shot peut augmenter le coût.

Le portrait photographique est un domaine très particulier de la photographie, comme il l'est pour la peinture, la sculpture, voire la littérature ou encore le 7ème Art.

Le portrait est à la base la représentation d'une personne, à un moment donné. Et de fait il peut être un instantané sans ambition introspective. Et là nous remarquerons seulement des traits physiques, considérant le personnage beau ou pas, frêle ou massif, ...

Chargé d'expressions du visage plus marquées, ou d'une attitude particulière s'il n'est pas en plan très rapproché, le portrait intègrera une certaine notion de caractère.
Nous ressentirons le personnage sympathique ou pas, énergique ou pas, ouvert ou fermé, ...

Portrait photo de caractère au féminin

Agrandir l'image

Le portrait peut aussi révéler une part de la psychologie individuelle, un état d'âme à un moment donné. Le regard peut être vif, perçant, scrutateur, vague, distrait, morne, éteint, inexpressif, espiègle, et en dire plus sur la personnalité, largement ouverte au monde ou introspective. Mélancolie, angoisse et frustration peuvent aussi servir l'image, en cassant les archétypes.

Le portrait de caractère se sert de tout ce qui entre dans le champ de l'objectif :

La position du visage, plus ou moins de face ou de profil, son inclinaison haute ou basse, ...
La position du torse, celle des épaules, ...
Les bras et les mains, aussi.

Et la tenue, le vêtement, très présent ou absent, ...
Sans oublier les éventuels accessoires, qui peuvent caractériser le modèle ou asseoir un climat, une ambiance.

Et puis le décor, ou son absence.
Aussi l'éventuel maquillage, discret ou prononcé.
Et finalement l'éclairage, les jeux d'ombre et de lumière, dont le rôle est ici combien important.

Je trouve tout cela passionnant !

Et quelle n'est pas ma satisfaction quand j'entends d'un proche de mon modèle: "Tu l'as parfaitement traduit(e) !"
Là ce furtif instant exprimait-il un parcours de vie ?

Je conçois le portrait d'artiste, qu'il soit très connu ou moins et voire pas du tout, comme un portrait de caractère auquel on ajoute une dimension: la représentation, formelle ou pas, de l'art qu'il pratique.

  • peintre : je verrais bien des traces de peinture sur les mains et/ou un pinceau "oublié" en poche, pour déroger à la présence de la traditionnelle palette de couleurs ou du chevalet,
  • sculpteur : ses mains témoignent, parlent de son labeur,
  • styliste : sa coiffure ou son intérêt pour les matières vestimentaires parle pour lui,
  • ...

 Ici un shooting en studio du ténor Mathieu Duchêne, interprète exclusivement lyrique à l'époque, que j'avais sollicité pour "mettre une voix" en image.

Le son passant très mal en photographie ;-) pour ne pas obtenir un simple portrait juste grimaçant, il convenait de justifier les expressions typiques du visage présentes lors de l'interprétation d'une oeuvre, ici lyrique. Aussi avons-nous fait appel à la gestuelle, à l'utilisation de la tenue classique du chanteur d'opéra  - sauf le noeud ;-) - et d'un accessoire tout indiqué, le pupitre. Ce dernier me paraissant constituer un élément important dans la lecture de l'image.

Le ténor Mathieu Duchêne en shooting studio

Agrandir l'image

Pour des raisons de réalisme et d'authenticité, les gestes ont été capturés lors de l'interprétation "a cappella" du Lenski's Aria de l'opéra d'Eugen Onegin. La musique de Tchaikovsky absente il m'aura fallu demander à Mathieu quatre reprises du même passage afin de saisir la séquence des gestes et de capturer toute la diversité des expressions.

Le vêtement noir, sur un fond noir lui aussi, et la lumière concentrée sur la gestuelle, ont participé à la focalisation sur l'artiste, telle qu'on peut la vivre à l'occasion d'un spectacle.

 

Nu

dans Nu

Qu'ils soient peintres, dessinateurs ou photographes, la grande majorité des artistes s'essaie, à un moment ou l'autre de leur parcours, au complexe exercice de la pratique du nu. Un terme très général qui comporte en fait une multitude de styles, allant du nu académique au "Porn-Art" en passant par le naturalisme, la sensualité, le charme, l'érotisme. C'est dire le nombre de variantes possibles, et si trop de clichés et de lieux communs sont encore attachés à ce genre.

Un des thèmes majeurs de l’art

Galerie220

Agrandir l'image

L'art du nu fait appel à des ressentis très personnels, pour le photographe comme pour le modèle, et chacun s'y fixera des limites très différentes.

La morale et la peur du jugement de ceux au regard chaste en étant les plus grandes craintes, certains pratiqueront le nu en secret alors que d'autres en feront en quelque sorte leur image de marque. 

Je pense à ces grands noms du genre tels le très sage Lucien Clergue et ses filles des plages, l'australien Helmut Newton - né Helmut Neustädter à Berlin - plus provocateur et parfois décalé, ou encore Jean-François Jonvelle, photographe de mode et de charme dont nombre se souviendront de la campagne publicitaire "Demain j'enlève le bas" de septembre 1981. Elle fut une des premières campagnes françaises d'affichage dit de "teasing" (campagne aguichante), très courantes depuis. Les photographies mettaient en scène la petite amie du photographe, Myriam Szabo, qui remplaça au pied levé le mannequin initialement prévu.

Plus cachée que montrée la pratique de la photographie de nu n'induirait-elle pas des questions, n'engendrerait-elle pas la suspicion d'autres moins nobles fins ?

Aussi, comment trouver des modèles, leur parler de ma recherche et de mon approche dans la photographie du corps sans montrer le résultat de mon travail en photographie de modèles posant nus ou en lingerie ?

Nu à la fenêtre

 Agrandir l'image

Ces questionnements, et mon principe selon lequel l'art est fait pour être montré et partagé, m'ont décidé à aborder la photographie de nu et de corps de manière publique. Et c'est ainsi que je n'hésite pas à décliner mon identité s'il m'arrive de poster une petite-annonce à la recherche de modèles non professionnels souhaitant poser nus. Cela me paraît être une première mesure de respect, et un premier pas vers la confiance réciproque qu'il va absolument falloir établir entre mon modèle et moi-même.

Galerie210

Agrandir l'image

La photographie de nu, telle que je la conçois, se situant dans le rapport à l'humain, dans la rencontre, le partage et la confiance, j'y trouve autant de satisfaction que celle que m'apporte la pratique du portrait et ses multiples déclinaisons.

Je m'essaie à des styles et des variantes multiples. Et au fil du temps s'enrichit la polymorphie de mon style, entouré de la confiance de celles et ceux qui me prêtent leur image dans cette belle aventure humaine.

Et je leur dis "Encore merci", d'être là un peu pour moi.

 Et quand on y réfléchi ...

Réflexion sur la photographie de nu et la notion de vulgaire

Patrick Lefèbvre

Artiste photographe portraitiste

A propos de moi et de mon activité

Patrick Lefèbvre, artiste-photographePassionné de photographie depuis plus de 46 années, je pratique aujourd'hui cette activité sous le statut d'artiste. En savoir plus ..

Coordonnées de contact

N'hésitez pas à me contacter pour toute demande d'informations :

  • E-mail
    Via le formulaire de contact du site
  • Téléphone mobile
    +32 (0) 479 40 68 43
  • Situation géographique du studio
    Entité communale de Assesse
    Province de Namur - Belgique

Souscrire à la Newsletter

Restez informé de mes principales nouvelles et mises-à-jour importantes en souscrivant à ma Newsletter.

Suivez-moi pour une actualité régulière